L’exploitation des données au service de la qualité de l’eau

2 Juil, 2021
Par Laurence de Monreseaudeau.fr
Accueil
>
Actualités
>
L’exploitation des données au service de la qualité de l’eau

Les données issues des objets connectés intégrés sur les réseaux ont un rôle essentiel dans la préservation de la qualité de l’eau. Elles permettent de détecter en temps réel toute pollution et d’agir au plus tôt afin de préserver la sécurité sanitaire.

Nicolas DELIVERT, Ingénieur de distribution à Eau de Paris, nous dévoile le rôle essentiel de la donnée dans la qualité de l’eau distribuée sur la capitale.

“Plus d’1 MILLION de données sont traitées par jour”

Nicolas DELIVERT

Ingénieur de distribution (expert flux), EAU DE PARIS

Comment la donnée est-elle utilisée par Eau de Paris pour garantir la qualité de l’eau ?

Eau de Paris, c’est 510 000 m3 d’eau potable produits par jour en moyenne, au service de 3 millions d’usagers et 94 000 abonnés. Garantir la qualité de cette eau est fondamental.

Pour y parvenir, nous nous appuyons sur la donnée provenant des objets connectés : des capteurs qualité sont placés sur le réseau d’eau potable, en sortie d’usine bien sûr, pour garantir qu’une eau saine arrive sur nos réseaux, mais aussi entre les usines et les abonnés.

Sur tout le réseau de distribution, de nombreux capteurs mesurent ainsi la conductivité, le chlore, le PH ou encore la température de l’eau. Des modèles qualités ont également été définis sur l’ensemble du réseau parisien : couplés avec des algorithmes, ils permettent d’identifier la source des problèmes et d’anticiper leur propagation dans le reste du système.

 

Quels sont les autres champs d’application de la donnée sur le réseau Eau de Paris ?

La donnée est un outil extrêmement précieux pour la recherche de fuite. Autrefois, cette recherche s’effectuait manuellement : des équipes de techniciens descendaient dans les réseaux d’eau potable et détectaient les fuites visuellement ou à l’oreille. Aujourd’hui, ce sont des capteurs acoustiques – capteurs acoustiques aimantés et capteurs hydrophones – mis en place sur l’ensemble du réseau, qui enregistrent les bruits du réseau toutes les nuits et remontent de la data dans nos systèmes.

Plus d’1 million de données sont traitées par jour – provenant des capteurs acoustiques, des débitmètres de distribution, des capteurs de pression, des compteurs abonnés – et sont ainsi transmises et traitées par zonage. Cette méthode permet un gain de temps formidable, car on cible directement les problèmes et donc les descentes en égout.

La donnée est également massivement utilisée dans nos usines d’installation. De nombreux capteurs nous permettent de mieux optimiser nos process et nos politiques de maintenance

Présentation Eau de Paris

Première entreprise publique d’eau en France, Eau de Paris prélève, transporte, traite et distribue en moyenne 510 000 m³ d’eau potable chaque jour.

Elle propose également aux entreprises et aux collectivités des alternatives à l’eau potable via des offres d’eau non potable.

Chiffres clés
  • 900 collaborateurs
  • 3 millions d’usagers dont 2,2 millions de Parisiens, représentant 94 000 abonnés
  • 470 km d’aqueducs
  • 2 000 km de canalisations d’eau potable dans Paris 1 700 km de canalisations d’eau non potable dans Paris
  • 1 000 000 de mesures de contrôle qualité par eau, tous 100% conformes
Site internet

eaudeparis.fr

Acteur(s) du monde de l’eau cité(s) dans cet article :

Pas de sociétés rattachées à cet article

Ces articles peuvent également vous intéresser :

La donnée face aux défis techniques et environnementaux

La donnée face aux défis techniques et environnementaux

Les données issues des objets connectés dans le monde de l’eau lancent de nouveaux défis aussi bien techniques, qu’en matière de protection de l’environnement.
La donnée se doit en effet d’être traitée au mieux afin de déployer tout son potentiel. Son caractère massif impose une meilleure gestion afin d’ouvrir de nouveaux horizons à son utilisation.
Mais le Big Data a bel et bien un impact sur l’environnement, à cause des data centers qui sont extrêmement énergivores.
Il faut également anticiper le cyber-risque qui croît aussi vite que le développement des données.

lire plus
Le monde de l’eau en quête de nouvelles compétences liées à la donnée

Le monde de l’eau en quête de nouvelles compétences liées à la donnée

L’irruption massive de la data dans le secteur de l’eau fait émerger de nouvelles compétences et de nouveaux savoir-faire. Des millions de données sont collectées chaque jour. Aussi, s’imposent des profils nouveaux, capables de les gérer efficacement. En effet, pour dévoiler tout leur potentiel, les données doivent être triées, reliées, classées, comprises, interprétées et protégées.

lire plus
Des capteurs connectés d’aujourd’hui à ceux de demain

Des capteurs connectés d’aujourd’hui à ceux de demain

Le monde de la donnée n’existerait pas sans les millions de capteurs qui, tous les jours, « captent » une mesure physique – mouvements, taux d’humidité, degré de luminosité, débit de liquide ou de gaz, température… – et la transforment en information digitale. De plus en plus performants et de moins en moins chers, ces capteurs ne cessent d’évoluer.

lire plus

Aller plus loin :

LMDE 4 sur la cybersécurité des réseaux d'eau

La cybersécurité concerne-t-elle les réseaux d’eau ?

 

La LMDE du 7 Septembre aborde ce sujet sensible.

 

Participez et construisez avec nous cet évènement.

You have Successfully Subscribed!