Pollutec 2021 : La fonte mise à nu

27 Oct, 2021
Par Laurence de Monreseaudeau.fr
Accueil
>
Actualités
>
Pollutec 2021 : La fonte mise à nu

Depuis plusieurs années, la société SOVAL est engagée dans une démarche de réduction systématique de son empreinte carbone dans son organisation ainsi que dans le choix de ses produits.

Or, la fonte présente en termes d’usure, une caractéristique très intéressante :  Sur chaussée, la corrosion superficielle de surface a un effet auto-protecteur de la pièce dans sa masse.

Partant de ce postulat, le service Recherche et Développement de FBM, fabriquant des pièces de voirie fonte pour Soval, s’est livré à une expérience inédite sur son regard de chaussée vedette, le regard MAXUM.

Durant 3 mois, un regard brut de fonderie, c’est-à-dire sans aucun revêtement, ni aucune peinture, a été installé sur chaussée circulée.

Le résultat a été présenté sur le salon Pollutec qui s’est tenu à Lyon du 12 au 15 octobre dernier.

Un nouveau concept de regard de chaussée éco-conçu présenté à Pollutec

 

Durant quatre jours, plusieurs centaines de visiteurs sont venus découvrir et fouler du pied ce nouveau regard de chaussée, exposé à même le sol sur le plancher du stand Soval.

« Le concept est né d’une idée simple : Quoi de plus efficace pour réduire l’empreinte carbone d’une action, que de ne pas faire cette action du tout ? » Laurent Magron – Directeur Marketing & Gestionnaire Grands Compte – SOVAL

Sur place, après 3 mois d’utilisation sur chaussée circulée, le regard brut serait passé complétement inaperçu sans les explications détaillées des commerciaux de Soval ; preuve étant faite que l’esthétique de cette nouveauté devrait se fondre aux décors de nos voiries.

« En proposant une version du Maxum dépourvue de revêtement, nous souhaitons accompagner les collectivités inscrites dans une démarche environnementale et économique. Nous appliquons déjà ce concept sur certains de nos moyens de production » Damien Bunel – Chargé de Communication – SOVAL

Un double impact positif sur l’environnement grâce à une action simple

 

La suppression de l’étape de peinture a un bénéfice écologique, dès la fabrication du regard, en limitant l’empreinte carbone.

Mais les avantages du nouveau concept de regard vont encore au-delà, en évitant de polluer les réseaux d’eau pluviale avec des Composés Organiques Volatils (ou COV) supplémentaires.

« On sait très bien que les regards de chaussée se patinent au fil du temps. Sous l’effet de la circulation, ils perdent la peinture appliquée en usine et laissent apparaître en surface la fonte brute qui, avec ou sans revêtement initial, est tout à fait esthétique et acceptable » Laurent Magron – Directeur Marketing & Gestionnaire Grands Comptes – SOVAL.

Des profits techniques et économiques

 

Sans peinture, l’adhérence du mortier sur le cadre est supérieure, ce qui entraîne une meilleure durée de vie du scellement.

De plus, l’effet de patine augmente l’autoprotection de la fonte en surface, comme on a pu l’observer depuis des décennies sur les réseaux d’assainissement.

Autre avantage, en supprimant une opération, le délai de fabrication s’en trouve réduit.

Une édition brute de fonderie du regard Maxum, mais toujours conforme à la norme

 

Dans sa version brute de fonderie, le Maxum classe D 400 est, bien entendu, toujours conforme à la norme – NF EN 124-2 : 4.2 Nature des revêtements – qui précise :

 » Les dispositifs de fermeture et de couronnement fabriqués en fonte peuvent être fournis revêtus ou non revêtus. Les produits de revêtement doivent satisfaire aux réglementations environnementales et / ou toxicologiques en vigueur sur le lieu d’utilisation prévu.

Note : Les revêtements ne sont généralement appliqués qu’à des fins esthétiques et ne sont pas considérés comme un système de protection contre la corrosion. Le prescripteur ou le client peut exiger un revêtement plus durable, le cas échéant. « 

 

En conclusion, les regards de chaussée peuvent se passer de revêtement peinture sans nuire à l’esthétisme et aux performances du produit. Ce nouveau concept sera 100 % bénéfique pour la planète en limitant les rejets de CO2 et COV.

Acteur(s) du monde de l’eau cité(s) dans cet article :

SOVAL

Découvrir

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Les dispositifs de sécurisation des ouvrages d’eau potable à l’épreuve des normes

Les dispositifs de sécurisation des ouvrages d’eau potable à l’épreuve des normes

Pour garantir, l’efficacité des dispositifs anti-intrusion, les fabricants de matériel s’appuient sur les normes NF EN 1627 et NF EN 1630, visant à l’origine à évaluer les performances des menuiseries retardatrices d’effraction. Ces normes sont basées sur plusieurs critères : la typologie de l’agresseur, les méthodes d’attaque et l’outillage qu’il va utiliser, ainsi que le temps de résistance.

lire plus

Aller plus loin :

LMDE 5 Pour une bonne gestion patrimoniale des réseaux : état des lieux et perspectives

Pour une bonne gestion patrimoniale des réseaux

 

Rejoignez la LMDE du Mercredi 8 décembre à partir de 9h00.

 

Avec la participation de : ASTEE, La Filière Française de l'Eau, UIE, Les Canalisateurs

 

Les témoignages de : Ville de Blain, SEDIF, Tours Métropole

 

Sous les parrainages de : IJINUS, XYLEM, CERIB, SAINT-GOBAIN PAM

You have Successfully Subscribed!