La 21ème édition “Journée Technique” organisée par la FSTT (France Sans Tranchée Technologies) a pris ses quartiers à Nantes, au Parc Exponantes, le jeudi 21 novembre 2019.

Riche en conférences et temps propices aux rencontres, elle a également permis de regrouper une trentaine d’exposants afin de mettre en valeur toutes les techniques et technologies liées aux travaux sans tranchée.

 

Les travaux sans tranchée, en 2 mots

On appelle “sans tranchée” les techniques utlisées pour la pose, la réhabilitation, l’auscultation et le diagnostic de réseaux enterrés de toute nature, sans ouvrir de tranchée.

En France 600 entreprises posent des canalisations et emploient 30 000 salariés pour un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros.

Ces entreprises posent des canalisations pour 4 grandes catégories de clients :

  • les collectivités locales qui sont les principaux clients (communes, syndicats départements, régions, …)
  • les entreprises publiques (EDF, GDF, France Telecom),
  • le secteur privé (essentiellement des industriels ou la grande distribution),
  • l’État.

En France, seulement 3% des travaux se font en utilisant les techniques du “sans tranchée” alors que cet ensemble de solutions a pour but de minimiser les nuisances des chantiers.

 

 

Rôle de la FSTT

La FSTT, France Sans Tranchée Technologies, est une association scientifique et technique, loi 1901.

Elle réunit des maîtres d’ouvrage, des collectivités locales, des maîtres d’œuvre, des bureaux d’études, des universitaires, des écoles d’ingénieur, des entreprises générales ou spécialisées, des fabricants et fournisseurs de matériels ou de matériaux, des syndicats et institutions voisines…

Elle a pour objet de promouvoir les techniques sans tranchée pour les travaux de canalisation sur les réseaux enterrés. Sa vocation est donc triple : recherche, formation, information.

Les techniques sans tranchée permettent d’éviter le creusement de tranchées lors de la pose ou de l’entretien de réseaux enterrés. Elles incluent également les techniques d’inspections de repérage et de cartographie des réseaux (loi DT-DICT).

Tous les types de réseaux publics, privés ou concessionnaires sont concernés (eau potable, eaux pluviales, assainissement, gaz, électricité, télécommunications, cables, fibre optique, chauffage urbain…).

 

La 21ème édition de la Journée Technique à Nantes

La FSTT organise tous les ans des journées spéciales organisées sous la forme de conférences partout en France (métropolitaine et outre-mer), de rencontres et d’une mini-exposition.

Il en existe 2 les années sans salon “Ville Sans Tranchée” (VST) et seulement 1 l’année où le salon VST a lieu.

Pour la 21ème édition, le programme de conférences a été particulièrement fourni et regroupé les sujets suivants :

  • Déconnexion des stations Nord – assainissement par microtunnelier à la Métropole de Rennes
  • Corrosion H2S en assainissement : protéger/réhabiliter durablement au lieu de reconstruire grâce à la technologie 100% aluminates
  • L’utilisation des mortiers fibrés dans la réhabilitation en couche mince des ouvrages souterrains visitables dans le domaine de l’assainissement
  • Réhabilitation d’un collecteur visitable : Comparaison entre différentes techniques de réhabilitation et une solution de reconstruction par ouverture de tranchée
  • Réhabilitation d’une conduite de transport DN450 PN28 sur 500m en une fois à travers quatre courbes à 45° : une première en France
  • Mise en profondeur de deux canalisations DN400 en traversée de Seine entre Tancarville et Marais-Vernier : Ingénierie et réalisation d’un microtunnelier de 650 mètres

 

Les 10 bonnes raisons pour opter pour les techniques sans tranchée

(crédits FSTT)

1 – Ménager le centre-ville

Les techniques sans tranchée ne perturbent ni la circulation des piétons et ni celle des véhicules en centre-ville et, de ce fait, évitent le mécontentement des usagers pris dans les embouteillages. Pendant la réalisation de travaux, les véhicules de secours et les transports en commun peuvent continuer à circuler, la longueur et la largeur des voies de circulation étant préservées.

2 – Maintenir l’activité locale

Les techniques sans tranchée préservent le libre accès aux commerces et évitent ainsi les répercutions négatives sur le chiffre d’affaires, sachant que les collectivités peuvent être pénalisées lorsqu’elles infligent des pertes anormales à leurs commerçants.

3 – Réduire de 80% le bilan carbone d’un chantier

En réduisant la durée des chantiers et en divisant par dix le volume des déblais et donc leur transport, les techniques sans tranchée permettent une réduction de 80% du bilan carbone.

Quand on excave une tranchée, la quantité de terre produite est considérable au regard de la section de la canalisation ou du câble enfouis. Considéré par la réglementation comme un déchet, ce déblai doit être évacué vers un lieu de stockage temporaire, éventuellement transformé pour être réutilisé, puis expédié vers un nouveau chantier, ce qui représente un coût global non négligeable.

4 – Assurer le transport des eaux

Les techniques sans tranchée permettent l’inspection, le diagnostic et la réhabilitation des canalisations d’eau enterrées par des procédés rapides et discrets. De ce fait, l’acheminement d’eau potable vers les bâtiments, celui des eaux de pluie et eaux usées vers les stations d’épuration, n’est perturbé que pour une très courte durée.

5 – Epargner le budget aménagement

Les techniques sans tranchée ne créent pas de dégradations de chaussée qui sont inévitablement causées par des travaux de tranchée. Quelles que soient les précautions prises, les réparations qui s’ensuivent fragilisent les revêtements et réduisent leur durée de vie.

6 – Conserver les ressources naturelles

Les techniques sans tranchée permettent de préserver les matériaux dits nobles. En effet, lors de l’excavation d’une tranchée, le volume extrait doit être généralement remplacé par des matériaux de qualité, au coût élevé, et qui se raréfient. On évite ainsi un gaspillage de richesses.

7 – Garantir la sécurité

Les techniques sans tranchée offrent plus de sécurité vis-à-vis des usagers et des ouvriers qu’une mise en œuvre « classique ». En effet, malgré les dispositifs de sécurité et la surveillance des chantiers, les tranchées profondes présentent davantage de risques d’accidents de travail. On comptabilise plus d’une dizaine de morts par an dans les travaux de tranchées. Il est par conséquent du devoir des élus et des entreprises d’y remédier.

8 – Préserver un air de qualité

Les techniques sans tranchée minimisent la pollution de l’air par les poussières, les gaz d’échappement des engins de chantier ou des véhicules pris dans les embouteillages à cause de travaux en surface.

9 – Réduire les nuisances sonores

Les techniques sans tranchée permettent de diviser par dix les nuisances attachées aux procédés bruyants. Notamment, elles limitent au strict nécessaire l’usage du marteau piqueur et d’autres engins de chantier sonores, et la réhabilitation des canalisations enterrées ne nécessite qu’exceptionnellement une excavation.

10 – Respecter les zones naturelles

Les techniques sans tranchée évitent d’endommager la flore et la faune, et de polluer l’eau circulant vers les nappes phréatiques. Les rivières et les réserves naturelles sont particulièrement sensibles aux travaux de tranchées qui bouleversent l’équilibre du milieu.

Fil d'actualités

Comment rester en contact avec l'actualité des réseaux d'eau ?

Comment rester en contact avec l'actualité des réseaux d'eau ?


La solution ? La newsletter mensuelle Monreseaudeau.fr !
 
Nous publions, à chaque fin de mois, 10 fois dans l'année, une newsletter qui informe des dernières actualités et tendances de l'industrie de l'eau potable, de l'assainissement et des eaux pluviales.

Pour compléter votre veille de marché, nous vous proposons aussi de recevoir une alerte dès qu'un article publié sur notre site porte sur votre centre d'intérêt principal.

Profitez gratuitement de notre travail et suivi du marché !





Votre abonnement a été bien pris en compte

Aller à la barre d’outils