Ce qu’il faut attendre des Assises sur la gestion durable des eaux pluviales

28 Mai, 2019
Par HCA Consulting & Actions
Accueil
>
Actualités
>
Ce qu’il faut attendre des Assises sur la gestion durable des eaux pluviales

Les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales se dérouleront les 5 & 6 juin 2019 à Douai. Organisées par IDEAL Connaissances et son pôle Eau, elles traiteront de cet enjeu majeur pour l’avenir, que constitue une gestion des eaux pluviales et de ruissellement plus durable et mieux intégrée à l’aménagement du (des) territoire(s).

Sur fond de changement climatique, les acteurs professionnels de la gestion durable des eaux pluviales sont invités à une réflexion urgente et transversale autour du rapport « Roche » et de ses propositions. Artificialisation et imperméabilisation croissante des sols, maitrise des eaux de ruissellement, GEMAPI ou importance de l’eau en ville (pour la biodiversité), sont autant d’enjeux d’actualité, sur lesquels les collectivités devront se pencher, afin de gérer plus efficacement cette ressource pluviale, dans les années à venir.

 

Pourquoi des Assises sur la gestion durable des eaux pluviales ?

La gestion durable des eaux pluviales constitue un défi d’autant plus important pour les collectivités, que le transfert de compétences “eau et assainissement” à venir, intègre celui de la gestion des eaux pluviales aux communautés d’agglomérations et de communes à compter du 1er janvier 2020 (assouplissement pour les communautés de communes au 1er janvier 2026).

Cette gestion des eaux pluviales nécessite aujourd’hui d’être optimisée (transversalement et en amont) et d’être associée à une lutte contre l’imperméabilisation des sols dans l’ensemble des politiques d’aménagement du territoire, afin d’être efficace et maîtrisée en termes de coûts. Ainsi, lorsque les pluies affluent après une période de sécheresse, l’érosion et l’artificialisation des sols ne permettent plus de les absorber, provoquant des ruissellements et des inondations, d’une part. D’autre part, comment traiter et éliminer les micropolluants absorbés puis véhiculés par ces eaux, qui impacteront plus loin nos milieux aquatiques ?

Au cours de ces Assises, le rôle primordial que revêt une approche territoriale de la problématique des eaux pluviales sera abordé au travers de sessions de conférences, d’interventions d’experts et d’ateliers. Ouvrant sur le rapport ROCHE et ses propositions, ces journées de rencontres et d’échanges traiteront différentes thématiques, au coeur des préoccupations des collectivités : gestion des eaux pluviales dans l’aménagement du territoire, lutte contre la perte ou l’érosion des sols, outils de gestion durable, zonage pluvial, identification et lutte contre les micropolluants, GEMAPI, etc.

 

Une politique de gestion des eaux pluviales mieux intégrée à l’aménagement des territoires

Les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales s’ouvrent cette année sur la préoccupation grandissante que constitue la gestion de cette ressource. La mise en place d’une gestion globale, intégrée à l’aménagement du territoire, est devenu un enjeu majeur pour le ministère de l’environnement comme pour les acteurs territoriaux.

Le rapport du CGEDD (Conseil général de l’environnement et du développement durable) a formulé des propositions pour l’avenir, à la lumière desquelles, les objectifs, ainsi que les outils et moyens nécessaires seront abordés : compétences assainissement/eaux pluviales/eaux de ruissellement, encouragement au zonage pluvial pour lutter contre l’imperméabilisation des sols, pratiques d’entretien durable (des installations), maîtrise du débit et de l’écoulement des eaux pluviales et de ruissellement.

 

Focus sur les micropolluants et sur les techniques et l’entretien des installations

Parmi les nombreuses sessions prévues par les organisateurs et portées par des intervenants, les participants sont tout particulièrement invités aux deux rencontres thématiques suivantes, animées par des experts :

Les micropolluants : “Identifier, quantifier et traiter les polluants véhiculés par les eaux de ruissellement : quel état des connaissances aujourd’hui ?”

Plusieurs projets sont menés par l’ADOPTA, notamment les projets TAM (techniques alternatives et micropolluants), Matriochkas (rétention des micropolluants dans les eaux pluviales dans des ouvrages de gestion à la source) et Roulépur (solutions innovantes pour une maîtrise à la source de la contamination en micropolluants des eaux de ruissellement des voiries et parkings urbains).

Le projet TAM plus précisément présenté, vise à réunir, partager et développer les connaissances sur l’impact qualitatif de l’infiltration des eaux pluviales urbaines sur les nappes phréatiques, ainsi qu’à créer les conditions favorables à l’émergence d’innovations si nécessaire. Les résultats acquis intéresseront et sécuriseront les donneurs d’ordre gestionnaires des eaux pluviales (collectivités et entreprises), les bureaux d’études et fournisseurs concevant ou vendant des systèmes afin d’améliorer leurs offres techniques, ainsi que le secteur de la recherche.

Quelles techniques durables et comment entretenir les installations ?

Les techniques alternatives visant à infiltrer les eaux pluviales sont de nos jours majoritairement intégrées aux projets d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Si leur dimensionnement et leur réalisation sont aujourd’hui bien maitrisés, il ne faut pas omettre de penser à leur exploitation future au regard des contraintes nouvelles (zéro phytosanitaire, gestion différenciée, …) ni de définir les modalités d’entretien de ces ouvrages spécifiques. Quelles sont les techniques et coûts d’entretien ? Quelle technique choisir en fonction d’un projet ? Comment réussir la bonne intégration de ces ouvrages ? Comment garantir leur pérennité ? Voilà autant de questions qui trouveront réponse au travers des exposés de cet atelier.

 

Des experts et un salon thématique pour mieux comprendre les enjeux

Toutes ces problématiques et d’autres encore, seront discutées au cours de ces deux journées conviviales d’échanges et de rencontres. Les Assises accueilleront conférences, débats et ateliers, sur l’ensemble de ces enjeux d’avenir. Les participants auront le choix entre 3 sessions de conférences, 6 ateliers et des interventions d’experts.

Le salon professionnel regroupant une trentaine d’exposants, professionnels de l’eau et acteurs territoriaux, accueillera également le village Béton (acteurs du béton), ainsi qu’un espace Connaissances et Savoirs.

Plus d’une trentaines d’exposants (SOVAL, FRÄNKISCHE, LES SMART SYSTÈMES BÉTON, WAVIN, etc) seront réunis aux Assises pour partager avec les visiteurs : solutions innovantes durables, accompagnement technique, améliorations d’infrastructures, modélisation de débordement et bien d’autres expertises en VRD, déraccordement, etc.

Acteur(s) du monde de l’eau cité(s) dans cet article :

Pas de sociétés rattachées à cet article

Ces articles peuvent également vous intéresser :

L’essentielle interopérabilité des données numériques

L’essentielle interopérabilité des données numériques

Dans un monde toujours plus connecté, les données numériques sont devenues un véritable enjeu de société. Les datas sont stockées, comparées, analysées afin d’en tirer le meilleur usage dans tous les domaines.

L’industrie des réseaux d’eau n’échappe pas à cet avènement. Les précieuses données affluent de tous les points des réseaux pour constituer le big data de l’eau.

A partir de là, se pose la question de l’interopérabilité des données afin de garantir la communication entre les différents acteurs du secteur.

lire plus
La ville de Châtelet (Belgique) valide et étend le traitement biologique de ses réseaux d’assainissement

La ville de Châtelet (Belgique) valide et étend le traitement biologique de ses réseaux d’assainissement

Dans la cadre de son plan stratégique 2019-2024, la ville de Châtelet (Belgique) a souhaité développer des solutions alternatives, plus écologiques, au sein de son service technique.

Elle a ainsi décidé de tester un traitement biologique de son réseau d’assainissement, le Bio-Col développé par la société Idrabel, la ville de Châtelet devenant ainsi un site pilote pour l’intercommunale IGRETEC et pour les communes voisines.

lire plus

Aller plus loin :

Les Démos par Monreseaudeau_coul

Le 29 juin à partir de 13h30

100% concret, 100% gratuit !

 

Les Démos par Monreseaudeau.fr vous invitent à découvrir les bénéfices des objets connectés : leur fonctionnement, leurs domaines d'application ou encore leurs usages.

You have Successfully Subscribed!