Le premier objet connecté de notre quotidien fût le téléphone portable

23 Avr, 2019
Par Laurence de Monreseaudeau.fr
Accueil
>
Actualités
>
Le premier objet connecté de notre quotidien fût le téléphone portable

Pour la rédaction de notre Livre Blanc sur les objets connectés dans le monde de l’eau, nous avons longuement échangé avec Alexandre Boucher et Etienne Castanié, Embedded Systems Consultants et fondateurs de Wirestone.

Alexandre Boucher

Embedded Systems Consultant, WIRESTONE

Etienne Castanié

Embedded Systems Consultant, WIRESTONE

Les objets connectés, est-ce si nouveau que cela ?

Non, il en existe déjà depuis 20 ans. Le premier objet connecté de masse pour les particuliers, que l’on a tous tenu entre les mains, c’est le téléphone portable. On parle vraiment d’objet connecté depuis le début des années 2010 avec l’arrivée des appareils connectés en WiFi dans la maison et en Bluetooth avec nos téléphones.

 

Quels sont les objets connectés déjà présents dans notre quotidien ?

On distingue les objets installés dans une maison (énergie, ouvertures…) ce ceux que l’on porte sur soi (montre, lunettes, habit, podomètre…). On entre aussi dans l’ère des chaussures connectées, qui est un de nos projets phares. La domotique ou les objets portatifs sont le plus souvent choisis. Pour les compteurs connectés d’électricité ou d’eau, on ignore parfois en avoir chez soi.

Et dans l’espace public ?

D’un côté, on trouve les objets connectés que l’on voit, ou plutôt que l’on verra, comme les automobiles connectées, qui sont d’énormes consommatrices d’énergie. Et de l’autre, les objets invisibles qui participent au fonctionnement de la ville intelligente : l’éclairage, l’électricité, l’eau, les déchets, les parkings… Sur les sites industriels, les applications visent la performance énergétique des bureaux/usines, l’optimisation de maintenance de machines ou localisation de matériel coûteux…

 

Côté actualité, quelles sont les pépites connectées que Wirestone développe actuellement ?

L’émergence de nouvelles technologies de réseaux longue distance (LTE-M, NB-IoT) permettent d’imaginer et d’envisager de nombreux services connectés libérés de la nécessité d’un téléphone ou d’un réseau WiFi. Nous avançons avec nos partenaires sur plusieurs projets en ce sens, en particulier dans le monde de l’industrie.

A propos de Wirestone

Wirestone est un bureau d’études implanté à Nantes spécialisé dans la conception de produits connectés. Leur terrain d’expertise recouvre : la conception produit, les cartes électroniques (prototypage et test), le logiciel embarqué (drivers, applications, capteurs…) et l’industrialisation.

Parlez-vous IoT ?

Asset tracking : localisation d’objets à distance.
Dash board : tableau de bord de suivi des indicateurs (T°, pression, niveau…).
Data mining : analyse statistique d’une masse de données.
Gateway : passerelle informatique pour relier deux réseaux distincts.
Monitoring : surveillance et suivi des indicateurs à distance.
Low power : économe en énergie.
Wearable : objets connectés qu’on porte sur soi (chaussures, tensiomètre, montre…).
Hardware : partie électronique et mécanique de l’objet (en opposition au logiciel).
Software : logiciel qui fait tourner l’objet connecté.

Acteur(s) du monde de l’eau cité(s) dans cet article :

Pas de sociétés rattachées à cet article

Ces articles peuvent également vous intéresser :

L’essentielle interopérabilité des données numériques

L’essentielle interopérabilité des données numériques

Dans un monde toujours plus connecté, les données numériques sont devenues un véritable enjeu de société. Les datas sont stockées, comparées, analysées afin d’en tirer le meilleur usage dans tous les domaines.

L’industrie des réseaux d’eau n’échappe pas à cet avènement. Les précieuses données affluent de tous les points des réseaux pour constituer le big data de l’eau.

A partir de là, se pose la question de l’interopérabilité des données afin de garantir la communication entre les différents acteurs du secteur.

lire plus
La ville de Châtelet (Belgique) valide et étend le traitement biologique de ses réseaux d’assainissement

La ville de Châtelet (Belgique) valide et étend le traitement biologique de ses réseaux d’assainissement

Dans la cadre de son plan stratégique 2019-2024, la ville de Châtelet (Belgique) a souhaité développer des solutions alternatives, plus écologiques, au sein de son service technique.

Elle a ainsi décidé de tester un traitement biologique de son réseau d’assainissement, le Bio-Col développé par la société Idrabel, la ville de Châtelet devenant ainsi un site pilote pour l’intercommunale IGRETEC et pour les communes voisines.

lire plus

Aller plus loin :

Les Démos par Monreseaudeau_coul

Le 29 juin à partir de 13h30

100% concret, 100% gratuit !

 

Les Démos par Monreseaudeau.fr vous invitent à découvrir les bénéfices des objets connectés : leur fonctionnement, leurs domaines d'application ou encore leurs usages.

You have Successfully Subscribed!