Le monde de l’eau en quête de nouvelles compétences liées à la donnée

13 Juil, 2021
Par Laurence de Monreseaudeau.fr
Accueil
>
Actualités
>
Le monde de l’eau en quête de nouvelles compétences liées à la donnée

L’irruption massive de la data dans le secteur de l’eau fait émerger de nouvelles compétences et de nouveaux savoir-faire. Des millions de données sont collectées chaque jour.

Aussi, s’imposent des profils nouveaux, capables de les gérer efficacement. En effet, pour dévoiler tout leur potentiel, les données doivent être triées, reliées, classées, comprises, interprétées et protégées.

« L’objectif est de donner aux futurs acteurs de l’eau une « CULTURE DATA » leur permettant de comprendre les enjeux de la donnée »

Dimitri MEUNIER

Directeur de la donnée, de la connaissance et des systèmes d’information, Office International de l’Eau

La data a-t-elle fait évoluer le profil et les compétences des professionnels de l’eau ces dernières années ?

Oui, bien sûr, les profils ont évolué en intégrant de nouvelles compétences. Il y a encore 5 ou 6 ans, les professionnels de l’eau et de l’environnement étaient généralement peu formés au traitement de la donnée.

Aujourd’hui, les cursus en écoles d’ingénieurs, d’agronomie ou à l’université intègrent beaucoup plus systématiquement une « brique » objets connectés et analyse de la donnée au sein de leurs parcours de formation.

C’est devenu une compétence de base. L’objectif n’est pas de former des experts de la data, mais de donner à de futurs acteurs de l’eau une « culture data », leur permettant ensuite de comprendre les enjeux de la donnée, de savoir l’interpréter et la maitriser.

 

Quelle compétence est selon vous devenue essentielle dans un monde de l’eau de plus en plus régi par la donnée ?

Le curseur s’est déplacé au fil du temps. Pendant longtemps, le monde de l’eau s’est structuré autour de deux pôles relativement hermétiques : les compétences « métiers » d’un côté et de l’autre les technologies du numérique (mettre en place l’appareil de collecte de la donnée, assurer la maintenance des machines et du réseau etc.).

Aujourd’hui, face à l’explosion du nombre de données et de paramètres à mesurer, l’enjeu est aussi de savoir trier, interpréter, comparer et surtout partager la donnée : qu’est-ce que je choisis de récupérer et de diffuser comme donnée ? Quelle est la qualité de ces données ? De quelle manière je peux les utiliser ? En fonction de quel objectif ?

Le grand volume de données à traiter nécessite aujourd’hui un regard plus « affiné », plus expert sur la data – et de passer davantage de temps sur son interprétation. Par conséquent, les connaissances « métiers » ont finalement rejoint les compétences informatiques. Ce dialogue permet logiquement de faire le meilleur usage possible de la donnée pour le secteur de l’eau.

 

Comment les industriels ou les territoires qui ne s’estiment pas aujourd’hui assez matures sur le sujet peuvent-ils améliorer leurs compétences en matière de data ?

Le premier levier est bien sûr la formation. C’est en formant leurs collaborateurs – par exemple à l’OiEau, qui propose des formations « Capteurs et débitmétrie », « Maintenance, énergie, automatisme et télégestion » ou encore « Traitement des données » – que ces acteurs pourront progresser et déployer plus efficacement des systèmes intelligents.

Mais la formation, quand elle est mise en œuvre, doit s’inscrire dans un dispositif plus global. Ce que l’on interprète comme un manque de compétences est parfois simplement un problème organisationnel : les collaborateurs qualifiés sont-ils au bon endroit dans la chaine de production de la donnée ?

Il est important de se poser les bonnes questions et de réaliser un diagnostic pour comprendre précisément quels sont les besoins, quelles compétences sont nécessaires, pour répondre à quels objectifs.

Présentation Office International de l’Eau

L’Office International de l’Eau (OIEau) est une association de droit français sans but lucratif déclarée d’utilité publique par Décret du 13 septembre 1991.

Son rôle est de développer les compétences pour mieux gérer l’eau, à travers 4 missions fondamentales : la formation professionnelle, l’appui technique et institutionnel, la gestion des systèmes d’information et des données sur l’eau et l’animation de réseaux d’acteurs.

Chiffres clés
  • 140 collaborateurs répartis sur 4 sites en France de formation bénéficient de 45 000 m2 de plateformes pédagogiques à
  • Limoges et la Souterraine.
  • 25 plates-formes techniques pour des mises en situation de travail
  • 20 salles de formations équipées
  • 30 formateurs permanents qui assurent la conception et l’animation des formations
Site internet

Acteur(s) du monde de l’eau cité(s) dans cet article :

OIEAU (Office International de l’Eau)

Découvrir

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Pollutec 2021 : La fonte mise à nue

Pollutec 2021 : La fonte mise à nue

Depuis plusieurs années, la société SOVAL est engagée dans une démarche de réduction systématique de son empreinte carbone dans son organisation ainsi que dans le choix de ses produits.

Or, la fonte présente en termes d’usure, une caractéristique très intéressante : Sur chaussée, la corrosion superficielle de surface a un effet auto-protecteur de la pièce dans sa masse.
Partant de ce postulat, le service Recherche et Développement de FBM, fabriquant des pièces de voirie fonte pour Soval, s’est livré à une expérience inédite sur son regard de chaussée vedette, le regard MAXUM.

Durant 3 mois, un regard brut de fonderie, c’est-à-dire sans aucun revêtement, ni aucune peinture, a été installé sur chaussée circulée.

Le résultat a été présenté sur le salon Pollutec qui s’est tenu à Lyon du 12 au 15 octobre dernier.

lire plus
La ville de Châtelet (Belgique) valide et étend le traitement biologique de ses réseaux d’assainissement

La ville de Châtelet (Belgique) valide et étend le traitement biologique de ses réseaux d’assainissement

Dans la cadre de son plan stratégique 2019-2024, la ville de Châtelet (Belgique) a souhaité développer des solutions alternatives, plus écologiques, au sein de son service technique.

Elle a ainsi décidé de tester un traitement biologique de son réseau d’assainissement, le Bio-Col développé par la société Idrabel, la ville de Châtelet devenant ainsi un site pilote pour l’intercommunale IGRETEC et pour les communes voisines.

lire plus

Aller plus loin :

Avez-vous utilisé le Plan Interactif Pollutec 2021 ?

 

Oui, alors votre retour d'expérience nous est utile.

 

Répondez à notre questionnaire. Merci d'avance !

You have Successfully Subscribed!