Transition énergétique & cybersécurité : 3 questions à Gautier Avril, co-fondateur de Purecontrol.

14 Avr, 2022
Par Lisa de Monreseaudeau.fr
Accueil
>
Actualités
>
Transition énergétique & cybersécurité : 3 questions à Gautier Avril, co-fondateur de Purecontrol.

Réponse technologique pour optimiser les process industriels, comme les stations d’épuration d’eaux usées ou de traitement d’eau potable, Purecontrol a levé des fonds en 2021 pour accélérer sa croissance.

Il y a un an, nous avions pu rencontrer Geoffroy Maillard, co-fondateur de Purecontrol, pour la publication de notre Tome 2 | Les Données du livre blanc sur les objets connectés dans le monde de l’eau.

Récemment, nous avons posé 3 questions à Gautier Avril, l’autre co-fondateur, pour faire une revue de leurs actualités, comprendre comment Purecontrol accompagne ses clients sur la transition énergétique et aborder le sujet de la cybersécurité dans un contexte géopolitique incertain.

 

Gautier AVRIL

 

Que se passe-t-il chez Purecontrol depuis sa levée de fonds ?

 

Effectivement nous avons fait une levée de fonds en 2021 avec un partenaire qui nous permet de densifier les équipes et de commencer une nouvelle phase d’industrialisation.

Nous avons passé plusieurs années à démontrer les capacités et l’avantage technologique que présente et apporte notre solution à nos utilisateurs. Désormais, nous implémentons notre solution à plus grande échelle.

Pour donner un exemple, nous déployons, chaque mois ce que représentait notre parc il y a à peine 9 mois. Nous avons en ce moment un vrai enjeu de de scalabilité.

La levée de fonds nous aide donc en ce sens, l’équipe s’est étoffée de très belles recrues récemment.

Par ailleurs cette levée de fonds ne s’est pas faite grâce à un pitch sexy et marketing de start-up mais bien grâce à une réalité économique. Nous avons obtenu, l’appui de grands groupes, via des lettres d’engagement, basées sur nos retours clients existants, des experts métiers ou des experts techniques.

Nous expliquions ainsi que notre solution se branche simplement sur le système d’automatisme existant. Toutes les données disponibles au niveau de ces systèmes sont alors récoltées. Des capteurs actionneurs permettent également de connaître les différents états au niveau du matériel.

Purecontrol utilise ensuite des logiciels d’intelligence artificielle pour optimiser le fonctionnement du système.

Très concrètement, cela va permettre de développer des process de régulation très performants. Ils analysent un grand nombre de paramètres, ce qui est impossible à faire à la main avec des milliers et des milliers de variables.

L’intelligence artificielle va permettre d’inclure tout un tas de prévisions météorologiques, de prévisions d’utilisation, et autres, donnant ainsi des performances qui sont vraiment très élevées. 

 

Comment Purecontrol accompagne ses clients dans la transition énergétique ?

 

J’ai souvent tendance à dire que l’on vient  “enfoncer les portes ouvertes”. C’est à dire que l’on vient exprimer l’importance de consommer de l’électricité quand les tarifs sont les moins chers, comme pendant les heures creuses. Un autre exemple typique est de dire qu’il faut consommer de l’énergie quand il y a de la production photovoltaïque au moment où il y a du soleil. Ce sont donc des choses assez triviales dans un premier temps.

La vraie question vient de savoir comment on fait ces actions basiques, car c’est déjà très compliqué de réguler un système. Aussi, à chaque fois qu’un petit élément vient s’ajouter, cela vient perturber le système.

C’est donc gérer énormément de complexité que l’intelligence artificielle va permettre de résoudre que des systèmes d’automatisations classiques ne peuvent pas prendre en compte.

Prenons un exemple en rapport avec une prévision météo, pour favoriser l’utilisation du photovoltaïque plutôt que le secteur. S’il ne fait pas beau et que et qu’il était prévu qu’il fasse beau, alors il faut ajuster le fonctionnement du système. Cela devient très vite compliqué à gérer manuellement, et c’est souvent pour cela que ce n’est pas fait.

Nous sommes là pour l’optimisation des consommations énergétiques, de l’utilisation des sources d’énergie, en allant vraiment très loin sur l’impact qui est, à la fois énergétique mais aussi environnemental.

Pour une station d’épuration, on va chercher à limiter au minimum sa consommation énergétique mais aussi ses rejets au milieu naturel, donc aux rivières. 

Cela va avoir aussi d’autres impacts, comme par exemple sur la production de protoxyde d’azote, qui est un très puissant gaz à effet de serre provenant des stations d’épuration. En prenant en compte ce paramètre dans Purecontrol, c’est toute la force de l’intelligence artificielle de pouvoir rajouter une nouvelle contrainte sur ce paramètre.

 

Comment Purecontrol gère et protège les données ?

 

Sur une station d’épuration, Purecontrol va collecter plus de 10 000 000 de données par jour. Avec cette accumulation de données, nous allons pourvoir avoir des retours très précis sur ce qui se passe pour piloter au mieux celle-ci.

On vient donc collecter de la donnée, mais aussi envoyer des consignes à des équipements. De ce fait, on doit absolument mettre en place un nombre de protections nous permettant d’éviter toute attaque, et tout problème de ce genre.

C’est vraiment dans l’ADN de Purecontrol, depuis le début, ce qui fait qu’un certain nombre de verrous sont mis en place tout en ayant conscience que le risque 0 n’existe pas.
Aussi, on part toujours du principe qu’une attaque est possible, et que le pire est réalisable. 

Cela passe d’abord par la mise en œuvre de bonnes pratiques, mais aussi de protections au niveau de notre plateforme, que ce soit sur l’authentification ou sur les droits des utilisateurs.

On se fait également auditer régulièrement, en interne, mais aussi par nos clients et des sociétés tierces.

Il y a donc vraiment 3 niveaux de protection et de sécurisation. En premier lieu, celui portant sur les équipes, leur formation et accès à la solution (double authentification, LDAP, SSO…).

Ensuite, c’est un niveau “matériel” avec des pare-feux entre autres. Ainsi si un problème survient chez Purecontrol, cela n’impactera pas les données des automates en local.

Enfin, et c’est une des plus-values chez Purecontrol, c’est le fait de pouvoir toujours faire fonctionner l’équipement (la station ou le process industriel) même en cas de défaillance du système par contournement.
L’optimisation énergétique serait perdue, ainsi que tous les avantages évidemment, mais la station d’épuration ou l’usine de traitement d’eau potable pourrait continuer à fonctionner en service dégradé.

L’objectif est donc bien de toujours continuer à fournir le service aux différents usagés.

Par ailleurs, il faut bien comprendre que Purecontrol envoie aux automates des suggestions (globalement des consignes). L’automate va ensuite faire un certain nombre de vérifications en interne, pour vérifier d’aucune anomalie sur des niveaux anormaux des consignes. Une fois que ces vérifications sont faites, le système décide si, oui ou non, il applique nos recommandations.

Purecontrol est dans l’optique de passer la certification CSPN de l’ANSSI, ainsi que l’ISO 27000 et va continuer à recruter dans le domaine de la cybersécurité.

Acteur(s) du monde de l’eau cité(s) dans cet article :

PURECONTROL

PureControl Découvrir

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Aller plus loin :

Comment rester en contact avec l'actualité des réseaux d'eau ?

Comment rester en contact avec l'actualité des réseaux d'eau ?


La solution ? La newsletter mensuelle Monreseaudeau.fr !
 
Nous publions, à chaque fin de mois, 10 fois dans l'année, une newsletter qui informe des dernières actualités et tendances de l'industrie de l'eau potable, de l'assainissement et des eaux pluviales.

Pour compléter votre veille de marché, nous vous proposons aussi de recevoir une alerte dès qu'un article publié sur notre site porte sur votre centre d'intérêt principal.

Profitez gratuitement de notre travail et suivi du marché !






Votre abonnement a été bien pris en compte